Bordeaux-PSG : les réactions des coaches

Voici les réactions de Laurent Blanc, l’entraîneur de Bordeaux, et d’Antoine Kombouaré, le coach du PSG, après la victoire des Girondins sur le club de la capitale (1-0, but de Plasil), samedi soir à Chaban-Delmas, lors de la 16e journée de Ligue 1 :

  • Laurent Blanc (entraîneur de Bordeaux) : «Chaque équipe a eu une mi-temps, a été dominatrice, Bordeaux en première, Paris en deuxième. On a vu un bon match. En ce qui concerne Bordeaux, la première mi-temps m’a beaucoup plu, beaucoup de mouvement, de jeu vers l’avant et Paris a rectifié le tir et on a souffert en deuxième mi-temps. On a perdu la bataille du milieu et on a évolué en contre où on aurait pu être dangereux et ce deuxième but nous aurait permis d’être à l’abri. Le match nul aurait été équitable pour les deux équipes même si, vu la domination de Bordeaux en première mi-temps, on aurait pu être plus à l’abri. On avait une équipe offensive, on a eu raison puisqu’on a gagné mais c’est vrai que dans le domaine défensif, on a laissé un petit peu d’espace à ces joueurs du Paris-SG qui en ont bien profité. En 2e, on a perdu de la fraîcheur physique qui ne nous a pas permis d’évoluer comme en première mi-temps, car sincèrement cela a été un régal de voir mon équipe jouer. Paris a pris énormément de risques, cela nous change un petit peu de certaines habitudes, on a vu un match très ouvert. J’ai pris beaucoup de plaisir à le regarder».
  • Antoine Kombouaré (entraîneur du Paris Saint-Germain) : «C’est une défaite au goût amer car objectivement il y avait la place pour ramener au moins le point du nul. C’est un but qu’on prend un peu contre le cours du jeu sur des petites erreurs, à l’arrivée, cela fait du dégât chez nous, on est mené au score. L’idée était de faire jouer cette équipe dans son camp, l’obliger à défendre, à reculer, ce que l’on a réussi à faire, on a eu les occasions, on a bien préparé notre jeu, on a été patient et on s’est procuré beaucoup d’occasions mais ils nous a manqué l’efficacité devant le but, la dernière passe, le dernier centre, la frappe cadrée. Ce soir, on n’a pas vu un grand Bordeaux collectivement mais ce qui fait la différence c’est qu’ils ont des joueurs capables de faire la différence individuellement, c’est ce qui nous a manqué ce soir. La sortie d’Erding (entorse genou droit) nous est préjudiciable. Avec lui devant, il y aurait eu plus de poids et certainement aussi plus d’efficacité. J’attends que le collectif puisse combler ces absences avec beaucoup de générosité, d’efforts fournis comme ce soir. Si on continue à jouer comme ça, cela va finir par sourire. La réussite il faut la provoquer aussi. Il y a énormément de frustration et de regrets mais on doit s’appuyer sur ce que l’on a fait ce soir et valider ce match par une victoire contre Saint-Etienne. C’est ce que j’attends de mes joueurs, on a montré ce soir que l’on avait franchi un palier en terme de jeu, de maîtrise collective, après il faut gagner les matches».