Olympique de Marseille : Un mercato pour viser plus haut

Foued Kadir tête d'affiche du recrutement marseillais

Foued Kadir tête d’affiche du recrutement « discount » de l’Olympique de Marseille

Qu’il est loin le temps ou l’OM pouvait se permettre de recruter des joueurs à coup de millions. Lucho Gonzalez, André Pierre Gignac ou encore Loic Rémy, autant de recrues arrivées pour plus de 15 millions d’euros. Aujourd’hui, les dirigeants marseillais ont décidé de changer de tactique. Fini les sommes records, l’Olympique de Marseille n’a pas le même chéquier que le Paris Saint-Germain, et cette saison, elle l’a enfin compris.

Le mercato hivernal vient tout juste de fermer ses portes (31 janvier 2013, minuit) en Europe et le club phocéen a été parmi les plus actifs de l’hexagone. Focus sur le mercato marseillais, entre transferts avortés et prêts, la Canebière a vécu au rythme des rumeurs.

Les départs :

Alors que les dirigeants de l’OM avaient annoncé qu’ils n’étaient pas dans l’obligation de vendre pour recruter, un départ a pourtant bouleversé le mercato olympien.

Le 15 janvier dernier, Loic Rémy signe en faveur des Queens Park Rangers. Annoncé durant plusieurs jours en négociations très avancées avec le club de Newcastle, l’ancien international français prend tout le monde à contrepied en signant pour la lanterne rouge de Premier League. Pour plus de 10 millions d’euros, Rémy quitte donc la commanderie pour l’Angleterre et le club entrainé par Harry Redknapp. Avec ce départ, c’est toute la stratégie de recrutement des marseillais qui va être modifiée. A la recherche d’un avant-centre, la cellule de recrutement phocéenne va devoir chercher un remplacement sur l’aile droite de l’attaque. Avec 10 millions de plus dans les caisses, l’OM réalise un bon coût sur le plan financier et peut aborder sereinement les 15 derniers jours de mercato.

Afin de gagner du temps de jeu, Florian Raspentino est prêté en Bretagne du côté de Brest. Première recrue du mercato estival marseillais, le jeune attaquant ne s’est jamais imposé au sein de l’attaque phocéenne. Jouant quelques bouts de matchs de temps en temps, Raspentino a préféré partir s’aguerrir dans un club de ligue 1 qui lui offrirait plus de temps de jeu.

Autres départs à signaler, les deux défenseurs de l’équipe réserve olympienne, Pape M’bow et Senah Mango quittent l’OM pour les six prochains mois et termineront la saison respectivement du côté d’Amiens (M’bow) et Uzès Pont de Gard (Mango) en national.

Les nouvelles recrues :

Malgré une très bonne première partie de saison, les dirigeants de l’OM sont conscients du manque de profondeur de l’effectif marseillais. Sans solution en cas de blessure d’un des cadres de l’équipe d’Elie Baup, l’OM doit recruter. En tout début de mercato, un joueur à vocation offensive ainsi qu’un milieu de terrain sont attendus.

Foued Kadir est la première recrue olympienne. Dès le début du mois de janvier, l’international algérien rejoint son club de cœur pour près de 500.000 euros. En fin de contrat en juin prochain, les dirigeants de Valenciennes n’ont pas d’autres choix que de vendre leur polyvalent milieu de terrain dès le mercato hivernal. Déjà approché par  l’OM au début de saison, le transfert ne s’était pas finalisé du fait du manque de liquidités du club dirigé par Vincent Labrune. José Anigo (directeur sportif du club) avait promis à Foued Kadir de revenir lui faire une offre en janvier. Chose promise chose due. Kadir rejoindra la cité phocéenne après la CAN qu’il dispute avec l’Algérie (éliminée dès les phases de groupe).

Toujours en quête de recrues pouvant apporter un réel plus à l’effectif, les recruteurs marseillais vont réaliser un joli coup nommé Brice Samba. Ce nom ne vous dit peut être rien, pourtant Samba est considéré comme l’un des plus grands espoirs français au poste de gardien de but. Egalement en fin de contrat en juin prochain, ce jeune joueur de 18 ans signe pour l’Olympique de Marseille et devient la doublure d’un autre ancien havrais, Steve Mandanda.

Après le départ de Loic Rémy pour QPR, l’OM se met rapidement à la recherche d’un ailier pouvant évoluer sur les deux ailes et capable de prendre de vitesse les lignes défensives adverses grâce à ses appels. Suivi depuis quelques années, c’est l’inconnu Modou Sougou qui débarque à Marseille sur la pointe des pieds. Joueur du CFR Cluj (D1 Roumaine) depuis 2011, l’ailier international sénégalais est signé pour 3 millions d’euros et aura la lourde tâche de remplacer Loic Rémy.

Dernier arrivé sur la Canebière, alors qu’un arrière gauche était pressenti, c’est finalement le milieu de terrain togolais du FC Lorient, Alaixys Romao qui sera la dernière recrue olympienne lors de ce mercato hivernal. Peu connu du grand public, ce milieu récupérateur était une pièce centrale du onze majeur de Christian Gourcuff (entraineur de Lorient). Capable de gratter bon nombre de ballons et de ressortir proprement le ballon depuis son camp, Romao vient garnir un secteur de jeu pas toujours au niveau lors de la première partie de saison. Après l’échec Moussa Sissoko, les recruteurs marseillais réalisent là un bon transfert, à moindre coût (environ 2 millions d’euros) bien loin du recrutement « bling bling » de ces dernières années, mais peut être plus efficace.

Les opportunités « ratées »

Souvent critiqué, la cellule de recrutement olympienne a beaucoup tenté durant ce mois de janvier. Cherchant à bonifier l’effectif marseillais à moindre coût, José Anigo a multiplié les pistes diverses et variées aux quatre coins du globe. Parmi les principaux « ratés » du mercato de l’OM, on retrouve bien évidemment Moussa Sissoko. Alors que Toulouse et l’OM s’étaient mis d’accord pour un transfert de près de 3 millions d’euros, Moussa Sissoko a préféré quitter la France et rejoindre la nouvelle colonie marseillaise de Newcastle (Cabaye, Ben Arfa, Débuchy, Haidara, Gouffran etYanga Mbiwa entre autres). Suivi par de nombreux clubs, le milieu international français était à deux doigts de rejoindre la commanderie dès cet hiver. Autre transfert « raté » de peu lors de ce mercato, on retrouve l’arrière latéral gauche du Shakhtar Donetsk, Răzvan Raţ. International roumain et titulaire indispensable du champion d’Ukraine, Raţ pourrait rejoindre le club phocéen cet été. Voulant offrir de la concurrence à Jérémy Morel sur le côté gauche de la défense, les dirigeants marseillais auraient envoyé une offre ferme au club ukrainien. Peine perdue puisque le Shakhtar Donetsk a immédiatement refusé l’offre olympienne, jugée trop tardive. Enfin, le cas Renato Civelli a divisé l’OM. Très performant depuis deux saisons du côté de Nice, l’ancien défenseur marseillais en fin de contrat en juin prochain aurait également été un temps approché par la direction marseillaise. Toujours à la recherche de solutions pouvant apporter de la concurrence à moindre coût. Renato Civelli s’inscrivait parfaitement dans cette logique de recrutement dit « intelligent ».

Une chose est sûre, le mercato olympien a été très bien menée par la direction phocéenne qui a réussi à apporter une vraie plus-value ainsi qu’une concurrence indispensable à tous grands clubs. L’OM peut maintenant pleinement assumer son rôle d’outsider du PSG et de l’Olympique lyonnais. Le club de Vincent Labrune a aujourd’hui les moyens de lutter. Au moins pour une place sur le podium. L’OM est de retour.